Ouverture de la Chocolaterie La Coqueline

« Chocolat que c’est bon », dirait La Fouine dans Séraphin. Mais c’est encore meilleur quand on y rajoute les petits fruits de Natashquan, dirons- nous. Ils sont tout simplement beaux et délicieux. La chocolatière Thérèse Coquelin a ouvert, vendredi, 6 juillet, une chocolaterie sur l’allée des Galets, à Natashquan, La Coqueline.

Elle et son complice Carol Landry (Caminis) originaire de Pointe-Parent sont les propriétaires de cette toute nouvelle entreprise. Ils profitent tous deux de leur temps, supposément à la retraite, pour s’adonner à cette passion de créer et fabriquer des chocolats maison que la chocolatière décline dans une et milles saveurs.

Le point de départ

Jeunes retraités, ils choisissent de faire un retour à Natashquan et de s’y installer à nouveau. Bien sûr, le désir de demeurer actifs habite le couple. Ensemble, ils scrutent le paysage entrepreneurial du village pour voir ce qui peut se développer en complémentarité de ce qui existe déjà. Passionnée de la fabrication de chocolat, Thérèse, fille de deux parents entrepreneurs, soumet l’idée et Carol accepte de s’embarquer d’emblée dans cette folle aventure.

Pendant que Carol construit, Thérèse parfait son art. Elle s’inscrit pendant les dernières années à plusieurs formations pour améliorer sa fabrication de chocolat, densité, température, conservation, etc. Elle apprend l’art de peindre ses chocolats, développe des recettes. Elle fouille les livres sur le chocolat, Elle aborde la confiserie pour faire ses propres bonbons maison et tout dernièrement a voulu en savoir plus sur les œuvres artistiques et les pièces montées en chocolat.

Les saveurs

Soucieuse d’offrir un produit de qualité, la chocolatière s’inspire du terroir pour amener ses chocolats ailleurs. Présentement, le comptoir de La Coqueline est occupé par 12 saveurs différentes allant de la petite fraise des champs, le bleuet, la baie de genévrier, la chicouté, la framboise et plus.

Thérèse a même développé un chocolat noir avec la bière Muddler, brassée par la microbrasserie La mouche, de Natashquan. Elle travaille en collaboration avec les artisans de la région et entreprises déjà établies. Elle a déjà 17 saveurs dans ses coffres et souhaite en arriver jusqu’à 25. Son prochain défi, si le temps le lui permet, car la besogne est grande, est de travailler avec des herbes.

Les déjeuners

Les nouveaux entrepreneurs ont voulu répondre à un besoin du milieu en offrant des déjeuners : croissants, viennoiseries au chocolat, pâtés à la viande, gaufres, petits pains au lait avec creton, tous ces mets sont faits maison. Et ce n’est pas négociable. Thérèse y tient plus que tout. Elle a même créé une recette de pain aux trois chocolats.

S’ajoute à cette qualité maison un bon café, cappuccino, latte ou un vrai chocolat chaud. Et bon appétit. Ses déjeuners suivent la tradition. Thérèse reprend des vieilles recettes de famille dont le caramel de maman, entre autre.

Les desserts

Les après-midi, le café peut s’accompagner d’un dessert maison. Des tartes toutes plus chocolatées, les unes que les autres, la spécialité de la maison et sa chocolatière. Une variété sera proposée et une nouvelle recette viendra garnir le comptoir semaine après semaine.

L’environnement

Selon la propriétaire, l’entreprise est familiale. Les sœurs de Thérèse sont d’ailleurs venues donner un coup de main pour que l’ouverture du 6 juillet se passe bien, ce qui fut fait et bien fait.

Le lieu physique, construit par son propriétaire, en peu de temps, offre l’essentiel d’un espace chaleureux, aménagé avec goût et panache. Tout a été pensé pour être fonctionnel. Situé face à la mer, il rassemble 3 tables de quatre places, un présentoir pour recevoir les boîtes de chocolat, les bonbonnières, un comptoir vitré avec des chocolats à l’unité dans différentes saveurs, un étalage de pains, et un petit espace cuisine. 

L’espace se veut petit mais accueillant et chaleureux. Ça sent la passion, ça sent le chocolat, le service est impeccable et préoccupé de la satisfaction de la clientèle… ça vaut le détour!

Nicole Lessard

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *