Le baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire offert dans l’Est de la Côte-Nord

La pénurie de main d’oeuvre dans différents domaines dont celui de l’enseignement est bien connue sur la Côte-Nord tout comme à travers le Québec.

Pour palier à ce manque, une délégation de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a été accueillie à Sept-Îles, dernièrement, par le directeur du Centre d’études, Roberto Gauthier, afin de procéder à l’annonce du démarrage d’une cohorte au baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire sous une formule adaptée à la réalité territoriale de la Côte-Nord, dès l’automne 2019.

Par cette annonce, l’UQAC vient bonifier l’offre de programmes de son Centre d’études de l’Est de la Côte-Nord et répondre à un besoin grandissant dans la région.

Le baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire s’adresse à toutes personnes intéressées à poursuivre des études universitaires de 1er cycle en éducation. Face à la situation de la pénurie de main d’oeuvre, les commissions scolaires de l’Est de la Côte-Nord (du Fer, du Littoral, de la Moyenne- Côte-Nord) ainsi que l’Institut Tshakapesh ont sollicité l’Université du Québec à Chicoutimi via son Centre d’études situé à Sept-Îles afin de solutionner cet épineux problème. Un groupe de travail a été formé afin d’établir un modèle d’intervention qui prendrait en considération les caractéristiques de la région ainsi que le contexte institutionnel des milieux d’enseignement touchés. Ainsi, ce baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire sera offert selon une formule d’enseignement hybride composée d’enseignement adapté à distance et en présentiel sur au moins 3 sites de cours : Sept-Îles, Havre-Saint-Pierre et Fermont. La formation se donnera en pédagogie adaptée et en horaire condensé, afin d’aider les étudiants en emploi à concilier le travail et les études.

Le démarrage de cette cohorte est possible grâce à la collaboration des partenaires que constituent les commissions scolaires du territoire. Celles-ci se sont engagées à fournir les infrastructures et le soutien technologiques nécessaires ainsi que l’aide pédagogique quand des professeurs en feront la demande. Les commissions scolaires vont mettre en place une structure accélérant l’insertion professionnelle (examens institutionnels, entrevues d’embauche) et les démarches d’engagement (priorité d’appel pour le remplacement). Ces conditions combinées aideront à la formule de travail-études alors que les étudiants pourront rapidement mettre à l’épreuve dans la pratique, les éléments théoriques vus en classe, souligne Roberto Gauthier.

En Minganie, les enseignant.e.s qui seront formé.e.s par UQAC auront priorité d’embauche à la Commission scolaire de la Moyenne-Côte-Nord. La CSMCN souhaite ainsi contrer la pénurie de main-d’oeuvre qui la force à embaucher des professeurs suppléants sans formation.

Ce programme s’ajoute à l’offre de programmes déjà offerte à Sept-Îles. Avec l’ouverture du Pavillon universitaire Alouette de Sept-Îles en 2014, l’Université du Québec à Chicoutimi renforçait sa présence sur le territoire de la Côte-Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *