L’Art de la chasse – Chantal Harvey

Elle fait de la gravure, elle fait la trappe et aussi du cinéma. Chantal Harvey, artiste graveure de Baie- Johan-Beetz partage l’écran avec le peintre et écrivain Marc Séguin. Tous deux sont amateurs de chasse, la raison qui a poussé Bruno Boulianne, le réalisateur à les réunir dans un long métrage documentaire de 46 min L’Art de la chasse.

Le synopsis

À travers ce paysage nordique et austère, Chantal cherche à exprimer ses émotions à travers son travail artistique. Elle fait découvrir son coin de pays à Marc Séguin, et lui partage sa passion pour la gravure et la nature.

Chantal Harvey

C’est l’an dernier que commence l’aventure. Chantal reçoit un téléphone pour lui présenter le projet. Plusieurs plusieurs échanges ont cours sur son travail, sa démarche artistique, son rapport au territoire, ses occupations de trappe, sa fidélité à la nature présente dans ses oeuvres, suffisamment éloquents pour qu’elle devienne rapidement celle qui sera du documentaire de Boulianne.

Chantal qui n’est pas pressée d’être devant la caméra, accepte l’invitation parce qu’elle est curieuse de tout. Elle aime découvrir et expérimenter, parler de son travail et sa nature, de la Côte et de son pays. Elle considère que c’est bon pour le village d’être montré au reste du monde.

Elle avoue avoir craint un instant se sentir regardée par cette machine à vues mais rapidement l’équipe l’a conquise et Chantal s’est sentie bien à l’aise. Elle en a même oublié la caméra. C’était une petite équipe, le tournage a été intensif pendant toute une semaine à l’automne dernier.

Bruno Boulianne

Formé en architecture et en communication, il remporte le Prix du meilleur espoir aux Rendez-vous du cinéma québécois ’94 avec le film Un cirque sur le fleuve. Bruno Boulianne intéressé par la relation entre l’humain et le territoire, a signé une vingtaine de documentaires qui ont remporté plusieurs distinctions.

Le tournage

D’emblée, ce dont parle Boulianne c’est le super accueil, la grande ouverture, la disponibilité à la fois de Chantal mais aussi du village. L’équipe de tournagede cinq personnes a beaucoup apprécié se retrouver à Baie-Johan-Beetz pendant cette période. Bien sûr, il y avait la météo avec laquelle il fallait composer. Mais il y a eu de bonne période de beau temps. Les gens ont été charmants, nous avons vécus des moments forts savoureux en lièvre, oui, mais en présence et en connaissance des personnes qui nous ont raconté le territoire et leur histoire.

Ce documentaire fait partie d’une série de six autres épisodes développée pour la télévision par ART TV et devrait possiblement être sur les ondes en 2019.

Le Festival international du film sur l’art (FIFA) a demandé à voir le documentaire. et l’a retenu pour trois représentations en salle. Il y sera présenté en première mondiale – En présence du réalisateur Bruno Boulianne et des producteurs France Choquette et Jean Roy à la fin mars à Montréal le 22 et 30 et à Québec, le 23.

L’horaire, les endroits de projections et la bande annonce sont disponibles sur le site du FIFA : artfifa.com

 

Texte : Nicole Lessard

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *