Le camp culturel de la relève Innucadie bat son plein

Depuis lundi le 6 août a lieu la première édition du Camp culturel de la Relève de l’Innucadie. Né d’un rêve que Marie-Paule Malec a eu, c ‘est Daisy Bellefleur, une employée du Festival Innucadie, qui a eu pour mandat de mettre sur pied le projet.

« On se rapproche vraiment de la mission originale qu’on avait souhaitée pour le festival », nous dit Alexis Roy, un des co-fondateurs du festival. Alors que la 13eédition de l’Innucadie s’apprête à débuter cette fin de semaine, les artistes invités profitent du chalet de Marie-Paule Malec en compagnie de jeunes artistes innues. Le camp de la relève sert notamment de lieu d’accueil pour les artistes invités avant le début du festival.

La mission du camp fait écho à la thématique que s’est donné le festival cette année : la transmission.  En effet, en plus des artistes invités de l’Innucadie, un appel à tous les jeunes artistes amateurs des communautés de la Première Nation Innue du Nitassinan a été lancé. L’idée est de permettre un échange entre les formes d’arts traditionnels autochtones et allochtones et de favoriser la transmission intergénérationnelle des savoirs et des savoir-faire. L’édition de cette année compte le conteur Alexis Roy, l’auteure Johanne Alice Côté, l’artiste pluridisciplinaire Abdoulayé Sané et sa petite fille et l’artiste et conteuse Sylvenn Conan. À cela se greffent Marie-Paule Malec et Mathias Malec, ainsi que les deux jeunes artistes Daisy Bellefleur et Raphaëlle Mestanapeo-Kaltush.

« Ici, on est loin de nos téléphones, de la technologie distrayante, on peut vraiment se rencontrer différemment, et mieux », dit Raphaëlle, entousiaste, au sortir du premier atelier. C’est sous une tente traditionnelle face à la mer que se déroulera d’ailleurs la majeure partie du camp. Une occasion en or de créer des liens authentiques et durables entre les participants.

Selon Daisy Bellefleur, le Camp Culturel permet la mise en valeur du patrimoine vivant  dont regorge la culture innue, et favorise l’approfondissement de réflexions essentielles pour le futur de sa Nation.

Sous la direction de Monique Bouchard, le festival se veut un promoteur du tourisme autochtone responsable, axé sur le partage et la rencontre entre autochtones et allochtones. La 13eédition aura lieu du 9-12 août et offre une foule d’activités intéressantes.  Notamment le Cercle de la Parole, mettant en vedette les aîné-es de Natashquan et de Nutashkuan qui ont témoigné pour la création du sentier Innucadie raconté. En espérant vous voir en grand nombre au festival!

Texte et photo: Marianne Couture-Cossette

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *