Nouveau service à Nutashkuan: un centre d’hébergement de courte durée

Le Centre de Santé et Services Sociaux Tshukuminu Kanani a bonifié ces services avec l’ouverture d’un centre d’hébergement de courte durée pour personnes en situation d’itinérance. Ce nouveau service d’urgence, offert à la communauté de Nutashkuan, est ouvert 365 jours par année, et 24h sur 24. Un besoin essentiel selon les intervenants sociaux de la communauté.

Il était fréquent pour les intervenants des services sociaux de faire face à des situations urgentes impliquant des personnes en situation d’itinérance temporaire. Il n’était pas de tout repos de trouver une issue face à ces moments de crise. Un défi qui créé beaucoup de stress pour la personne en détresse, son entourage et sur les intervenants qui tentent de résoudre le problème. « On ne peut pas toujours appeler la famille et leur demander de prendre une personne en détresse pour la nuit. S’il y a des enfants dans la maison, il peut toujours arriver quelque chose » affirme Lucie Wapistan, directrice des Services Sociaux.

« Par exemple, un homme, en état d’ébriété, est mis à la rue par sa femme. Et là présentement c’est froid, s’il dort dans un banc de neige… » dit Lucie en laissant en suspend les scénarios possibles d’une telle situation. C’est donc un grand soulagement pour la directrice, mais aussi pour tous les intervenants des Services Sociaux qui demande ce service depuis fort longtemps.

L’idée bien que présente et soutenue par toute l’équipe des services sociaux n’avait pas réussi à voir le jour. Les demandes de subventions refusées et le manque d’un endroit adéquat a toujours repoussé le projet.

C’est à Béatrice Picard, coordonnatrice des Services Sociaux, à qui l’on doit la découverte du lieu et aussi la mise en forme concrète du projet. Selon elle, c’est un service essentiel qui ne pouvait plus attendre.

L’opportunité du logement vacant a sauté aux yeux de Béatrice lorsqu’elle a emménagé à Pointe-Parent. « J’ai dit à Lucie : on devrait prendre le local parce que nous autre on a de la misère avec le service de garde. Ça fait qu’on est allé tout la gang visiter. » L’équipe des Services Sociaux a pu observer que le logement possédait toutes les qualités requises pour le bon fonctionnement du centre. Un grand appartement de 7 chambres et de 4 salles de bain ; un salon muni d’une télévision et une cuisine fonctionnelle. Le local a donc été loué, et rapidement le centre a accueilli des personnes dans le besoin.

Pour la mise en fonction du centre, deux personnes supplémentaires ont été engagées. Un gardien de sécurité, Olivier Bellefleur, qui sera sur place chaque fois que des usagers seront présents ; ainsi que Rémi Lalo, qui s’occupe d’entretenir les lieux.

Si, en milieu urbain, la clientèle admissible et les services offerts varient d’un centre d’hébergement à un autre, la réalité est tout autre pour notre région. Béatrice informe qu’il faut « Adapté le service au cas par cas. Tous n’ont pas les mêmes besoins. » La mission du refuge sera donc d’offrir des services multiples et adapté aux réalités des usagés.

« Des mamans en difficultés, de la violence conjugale, des soucis de toxicomanie, de la maltraitance envers les aînés, des personnes qui ne savent pas où aller » Béatrice ne veut oublier personne. Elle souhaite installer une rampe pour les personnes à mobilité réduite, offrir des repas pour ceux qui auront faim, ouvrir la porte à d’éventuel sinistré par le feu ou par l’eau. « Pour moi c’est important que les gens aillent un lieu sécuritaire où être héberger en cas de besoin. C’est ça le but premier. » dit-elle avec conviction.

Après avoir fait les calculs, Béatrice à réaliser que les coûts pour le fonctionnement du centre ressemblaient aux dépenses de transport et d’hébergement liées à des troubles d’itinérance temporaire. « Les personnes dans le besoin étaient envoyées à l’extérieur et cela venait avec des coûts. Donc l’argent est placé ici et de cette manière on peut offrir un meilleur service puisqu’il est centralisé dans la communauté. » Le Centre de Santé et Services Sociaux Tshukuminu Kanani prendra donc le financement à même le budget des Services Sociaux puisque c’est un service à la famille et de la protection à l’enfance. 

Fonctionnement

Une personne dans le besoin, un proche de celle-ci ou les policiers feront appel aux Services Sociaux durant les heures d’ouverture ainsi que sur le téléphone de garde pour les soirées et les fin de semaine. Le gardien de sécurité se rendra alors sur place et restera en permanence tant que le centre sera habité. Il pourra s’assurer du bon fonctionnement des lieux. 

Les intervenants se feront aussi présents. « Ce n’est pas juste de l’hébergement (…) il va falloir faire des interventions et de la prévention » informe Béatrice qui désire que le service aide les personnes à trouver des solutions à leur problèmes. Selon La coordonnatrice des Services sociaux, il est important de comprendre les raisons qui ont poussées la personne à prendre refuge au centre : « À partir de là, on cherche à aider pour ne plus avoir besoin de ce service. »

Tant la directrice que la coordonnatrice des Services sociaux nomment les limitent de l’aide pouvant être fourni. Certaines situations en santé mentale ou des personnes ayant des pensées suicidaires seront transférer vers les services adéquats. La collaboration avec le secteur de la santé sera toujours nécessaire.

Il faut aussi comprendre que le centre à ses restrictions. Aucun alcool ou drogue n’est toléré sur les lieux, ce n’est pas non plus un lieu de rencontre ou un logement gratuit pour gens de passage. Il ne servira pas non plus de logement à long terme et ce par souci de maintenir et renforcer l’autonomie des gens en situation d’instabilité.  Selon Béatrice, pour que le service soit efficace et reste dans la confidentialité, il faut conserver les places disponibles pour les réels besoins.

Le centre contribuera à la réduction des tensions au sein de la communauté de Nutashkuan et facilitera le travail considérable des intervenants sociaux. En rassemblant les efforts au même endroit, la prévention et les interventions se feront plus rapidement et plus efficacement.

Pour joindre les Services sociaux : 418-726-3434

Pour le service de garde : 581-622- 0275

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *