Une oeuvre de Chantal Harvey au Complexe aquatique de Minganie

Chantal Harvey, l’artiste graveur de Baie-Johan-Beetz grandement inspirée par sa région dans l’exécution de son art a été choisie avec Richard Ferron pour réaliser l’œuvre liée au 1% de l’intégration des arts à l’architecture pour le Complexe aquatique de Minganie.

La proposition de Chantal, un projet de 70 000 $, intitulée La Mer a été retenue parmi trois. Tout comme celle de Richard Ferron, de Baie-Comeau qui réalise l’aménagement de banc dans le hall d’entrée du Complexe, un projet de 31 400 $.

Proposition de Chantal Harvey

Deux installations sont partie prenante du projet de Chantal défini comme une sculpture relief dans le corridor et l’observatoire du Complexe. Voici comment Chantal présente son œuvre La mer «Pour le projet de complexe aquatique de Minganie j’ai choisi d’exploiter un élément très présent dans le cœur et dans l’âme de tous les Minganois  : La Mer.

La mer est celle qui de son long ruban bleu nous lie et nous retient. Toujours changeante, jamais monotone elle capte notre regard vers le large. Elle nous permet d’entreprendre au plus profond de nous-même depuis la rive et jusqu’aux confins des imaginaires les plus fertiles de très longs voyages. Parfois emportés par des courants tranquilles c’est une huile sur laquelle jouent des reflets métalliques et d’un coup de vent la mer se gonfle d’une ampleur sans bornes. C’est alors qu’apparaissent les moutons du large et les vagues déferlantes et vertes sur nos pieds. D’une lune à l’autre elle nous montre les saisons qui défilent. La mer nous donne le temps qui passe. C’est par elle que nous sommes venus jusqu’ici. C’est à cause d’elle que nous sommes ici.

Une fresque faite d’inox et de bois gravée teintée se déploie ; œuvre séquentielle telle une longue bande dessinée dans le corridor elle se lit au fur et à mesure qu’on avance.

Voici La mer et sa ligne d’horizon  : sans aucun repère terrestre et dans son entièreté. On peut la voir de près, la toucher. Une impression de profondeur et d’espace s’en dégage. Tout en mouvement elle se transforme au fur et à mesure qu’on avance. Ses couleurs constamment changent du bleu violet au vert et ses mouvements évoluent jusqu’à atteindre leur apogée au centre du couloir là où on peut s’asseoir. De ce point de vue l’œuvre permet alors de se sentir immergé dans La mer. Et peu à peu les vagues diminuent et c’est le retour de l’accalmie.

À l’observatoire j’ai choisi d’exploiter l’espace en pièces morcelées ; des morceaux de contreplaqué découpés et superposés disposés sur le mur de façon à créer un effet de perspective et un léger relief. Comme si des vagues s’étaient détachées de l’œuvre principale. De ces vagues tout à coup dans un geste diagonal surgit une baleine; animal magnifique, grandiose véritable force de la nature à la mesure du territoire. Puissante énergie que nous offre le monde marin.

À l’observatoire formes bleutées en dérives sur ce long mur blanc…»

Deux matériaux sont utilisés, un contreplaqué de merisier baltique doublé au pourtour, teinté et verni. C’est une installation imposante d’une hauteur de 30 pouces et d’une longueur de 10 plaques de 5 pieds. Un profilé en acier inoxydable brossé fixe chacune des plaques de bois entre elles.

À l’étage, l’œuvre de rappel se compose de 6 pièces de bois détachées dont 5 sont des vagues allant de 3 à 12 pieds dans différentes hauteur et une grande baleine de 8 pieds x 5 pieds. Toutes ces pièces sont gravées, teintées et vernies. Un éclairage vient donner vie à cette œuvre. L’installation terminée, l’artiste mentionne que c’est un gros travail, collage de bois, gravure, teinture mais se dit satisfaite du travail souhaitant que cette oeuvre artistique plaise à la clientèle du Complexe aquatique.

Exposition et travail en cours

Entre temps, Chantal apporte son exposition Forêt noire à TroisRivières, où un vernissage est prévu le 10 mai prochain à 17 h au Centre de diffusion Presse Papier au 75 rue Saint-Antoine. Par la suite l’exposition se déroule jusqu’au 17 juin.

L’artiste poursuit son travail sur son projet Lichen, qui a été retardé à cause d’un vilain accident. Bien rétablie maintenant, Chantal a repris ses ciseaux et sa création avec enthousiasme. D’autres projets sont aussi sur la tabe de l’artiste.

Ouverture du Complexe

Le Complexe aquatique de Minganie sera ouvert à tous, pour la baignade les 5 et 6 mai et la programmation sera en place à partir du 7 mai. Pour information 581-292-3732 poste 2200 ou infocam@mrc.minganie.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *