L’Université du Québec … à Baie-Johan-Beetz

Photo : Andréane F. Vallières

Un projet de recherche s’amène à Baie-Johan-Beetz au sujet des apprentissages collectifs qu’a pu réaliser la communauté suite au feu de forêt de 2013. Ce projet est mené à l’Université du Québec à Rimouski, par deux chercheuses et professeures venues au village au cours du mois d’août : Geneviève Brisson, anthropologue et professeure en développement régional et Lili Lessard, professeure en sciences infirmières.

Sur une période de trois ans, le projet de recherche visitera trois communautés touchées par des éléments de la nature feu, inondation et érosion des berges. Les villages retenus situés sur la Côte-Nord et la Côte-Sud sont tous de petits villages peu populeux qui contribuent à l’essence même de la recherche et rejoignent l’intérêt des chercheuses, selon Geneviève Brisson. Ces deux professeures et chercheuses ont répondu à l’appel du Consortium Ouranos impliqué dans les changements climatiques.

Trois étapes au projet; d’abord des lectures, des recherches littéraires pour en apprendre sur les réactions des communautés, ici comme ailleurs dans le monde, à la suite d’événements malheureux tel le feu de Baie-Johan-Beetz en 2013. Ce projet de recherche est présentement dans sa deuxième année. Le temps est donc à la collecte de données, de témoignages, d’échanges qui par la suite seront analysés. Des conclusions en seront tirées pour permettre une plus grande compréhension de la démarche et par la suite favoriser la transmission d’outils ou l’écriture de guide pouvant aider d’autres communautés à traverser de tels malheurs.

Au cœur du projet, on tente de comprendre comment une petite communauté se relève après de tels événements, à la fois sur le plan parfois personnel mais aussi dans la collectivité. Qu’est-ce que l’on peut apprendre de la force de ces communautés, de la résilience, de la capacité à se remettre sur pieds malgré les difficultés, les défis à relever. Qu’est-ce que ces éléments nous apprennent sur nous et sur le village? Quels conseils prodiguer à d’autres pour les aider à passer à travers ces mêmes types de phénomènes. Les acteurs et actrices de ce projet de recherche veulent aussi aborder le système de santé et ses services tout comme l’apport des services communautaires dans de telles circonstances.

Entre le vendredi 15 et le dimanche 24 septembre, Emmanuelle Bouchard- Bastien une professionnelle de recherche habitera au village de Baie-Johan-Beetz afin de parler des suites du feu de 2013 avec plusieurs personnes. Anthropologue, elle participera aux activités du village, prendra un café avec les villageois à la Coop, et cognera à la porte de certaines résidences pour réaliser des entrevues de recherche, un choix au hasard. Toutefois, si vous souhaitez la rencontrer, vous pouvez toujours communiquer avec elle par courriel ou laisser votre nom à la Municipalité. Soyez assurés que vos réponses demeureront strictement confidentielles !

Les résultats serviront à prévenir ou à réduire les effets communautaires des feux de forêt pour des municipalités éloignées rencontrant une situation semblable à celle vécue à Baie-Johan-Beetz. Dans un an, une fois les résultats de la recherche complétés, une présentation sera réalisée à Baie- Johan-Beetz.

Votre participation est vraiment utile et importante pour mener à bien ce projet de recherche. Un merci est adressé à l’avance à la communauté de Baie-Johan-Beetz, convaincue de votre ouverture et participation!

Pour joindre Emmanuelle Bouchard-Bastien 418 650-5115 poste 5239, Emmanuelle.bouchard-bastien@ inspq.qc.ca

Texte : Nicole Lessard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *