La microbrasserie La Mouche en opération, bientôt un embouteillage

Texte : Nicole Lessard

Photos : Michel Richard

Mais que se cache-t-il derrière cet immense mur situé sur le chemin de l’Aéroport à Natashquan? Cette construction a connu ses débuts en août 2018, un an seulement passé et voilà que la bière est dans les cuves. Il s’agit bien de la microbrasserie La Mouche qui prend racine. Pour certains cela peut paraître un peu long, mais à voir les installations à l’intérieur, nous comprenons rapidement la somme de travail qu’a nécessité le déploiement de cette toute nouvelle entreprise au village. La microbrasserie La Mouche est en plein fabrication de bières présentement.

Le 1er actionnaire et président de la société Gabriel Turner, technicien en électromécanique, s’attarde à ce travail colossal depuis 2014. De lectures en lectures, d’expériences en expériences, de voyage de familiarisation, d’échanges, d’embûches, de volonté, de persévérance, car il en faut, le brasseur atteint maintenant son but d’offrir une bière brassée à Natashquan et fidèle à ses aspirations, une bière qui respire le terroir. Désormais, les bières seront brassées et embouteillées au village.

Bien sûr, la population a déjà goûté certaines bières de La Mouche, mais elles avaient été fabriquées à Baie-Comeau dans les locaux de la brasserie Saint-Pancrace.

Gabriel mentionne d’ailleurs que les brasseurs de Saint-Pancrace sont vraiment de grands collaborateurs pour les autres microbrasseries qui naissent sur la Côte.

Dans l’arrivée des microbrasseries sur la Côte-Nord, la brasserie La Mouche fait sa place. Chacune travaille différemment avec une préoccupation de se différencier. Pour La Mouche, s’approprier le territoire semble déterminant pas seulement par les petits fruits qui feront très certainement partie de certaines recettes, mais déjà, la levure utilisée pour brasser est une levure naturelle trouvée sur les baies de genévrier ramassées à Natashquan, aucune levure industrielle n’est utilisée. La fermentation est plus fragile, doit se faire à basse température certes et nécessite davantage de temps mais le résultat vaut l’attente. La bière mettra en moyenne entre 6 à 8 semaines avant d’être prêtes selon le type, certaines mettront encore plus de temps. Des grains choisis avec soin, du houblon bien québécois, complète le travail, aucun intrant n’est ajouté, le temps fait son œuvre sous haute surveillance.

Une fois à maturité, la bière est mise en bouteille à dépôt multiple approuvée, parce que le verre est le produit qui offre la plus faible empreinte environnementale. Mais à Natashquan loin des grands centres, considérant le transport que nécessite le lavage des bouteilles, Gabriel analyse la possibilité de l’emploi de la cannette.

En pleine expansion au Québec, et sur la Côte-Nord, les quatre microbrasseries : Brasserie Tadoussac, Microbrasserie Saint-Pancrace à Baie-Comeau, Microbrasserie La Compagnie à Sept-Îles et Brasserie La Mouche à Natashquan travaillent en collaboration et en entraide. Ces quatre brasseurs ont des projets communs, pour faire reconnaître la bière de la Côte-Nord, comme entité. Un groupe de travail tente de développer une étiquette Côte-Nord pour les microbrasseries.

Les installations

À terme, cette nouvelle Mouche propriété de deux associés, Gabriel Turner et Mushkau Construction, enteprise basée à Mani-utenam aura nécessité un investissement d’un peu plus de 3/4 de M $, emploiera deux personnes à plein temps et quelques surnuméraires au moment de l’embouteillage. Une industrie qui diversifie l’économie, dynamise et redonne vitalité au village de Natashquan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *