Les Galets fraîchement repeints

Un premier Galet a fini d’être repeint à Natashquan, et tous devraient être remis en blanc d’ici le début septembre. Classés site historique en 2005, les anciens magasins de pêche n’ont pas été repeints depuis, malgré une tentative infructueuse de les rénover en 2012.

Au total, 35 000$ seront versés par le Ministère de la Culture et des Communications (MCC) pour la réalisation des travaux. Cette somme servirait essentiellement à couvrir les frais d’achat de peinture au latex, en plus d’un salaire pour la coordination.

La majorité des propriétaires auraient fait la demande au printemps 2017 que des travaux soient entrepris sur leurs bâtisses. Ce sont eux qui auront à mettre la main à la pâte, puisque l’argent versé par le gouvernement ne servira pas à engager de main d’œuvre.

La Copacte est mandataire de la réalisation du projet. Elle sert donc d’agent de liaison entre les propriétaires individuels des bâtiments et le Ministère, et s’assure par le fait même que les consignes sont respectées.

La population est appelée à collaborer bénévolement au projet, afin que le patrimoine soit conservé. Le Ministère impose en effet un délai maximal d’un an afin que les travaux soient exécutés.

Par le passé, une autre tentative de remise à neuf avait été entamée. La municipalité avait alors dû défrayer davantage de frais qu’estimés initialement et des erreurs dans la réalisation des travaux avaient fini par entraîner l’arrêt de ceux-ci.

Anciennement, l’entretien de chaque bâtiment était la responsabilité de son propriétaire. Les Galets ont d’abord été enduits de chaux avant que d’autres types de peinture soient utilisés, de couleur blanc et ocre, couleurs qui seront utilisées pour les travaux actuels.

C’est d’ailleurs la dernière fois que le MCC octroie des fonds pour la peinture des Galets. Ils redeviendront sous la responsabilité de leurs propriétaires, bien que leur entretien soit encore soumis aux règles du Ministère.

Texte et photo: Xavier Philippe-Beauchamp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une bénévole à l’oeuvre. Photo par Gabriel Villeneuve

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *